Frédéric Moeneclaey

Rue Frédéric Moeneclaey :

moeneclaey

Frédéric Moeneclaey est né à Hondschoote le 6 février 1838, et est décédé à Bailleul le 24 juillet 1917. Il est d’abord avocat au barreau de Dunkerque, puis juge de paix du canton Sud-Ouest de Bailleul en 1869 ; il démissionne de son poste en 1881, voulant continuer à habiter notre ville où il s’était acquis des droits de cité par son mariage et une présence de douze années. Entré au conseil municipal le 6 mai 1888, Frédéric Moeneclaey fut élu premier adjoint le 15 mai 1892. Nommé maire le 7 avril 1907, à la mort d’Emile Hié, il reste maire jusqu’à son décès en 1917. Il a été pris en otage par les Allemands au début de la Première Guerre mondiale, lors de la première invasion de Bailleul (du 8 au 14 octobre 1914). Il fut un maire très actif pendant la guerre 1914-1918 pour venir en aide à la population bailleuloise et faciliter la vie des troupes britanniques à Bailleul.

Rue percée en 1653 après l’incendie des maisons de la rue des Capucins (actuelle rue Edmond de Coussemaker), pour relier le couvent des Capucins à la place. Elle eut comme nom « petite rue des Capucins » à sa création, quoiqu’elle possédait déjà un autre nom… en effet, dans le texte de la chronique flamande du 17e siècle il y est écrit : « Après l’incendie, les pères Capucins, à leur requête, reçurent du magistrat de la ville une nouvelle rue qui s’étendait depuis le marché jusqu’à leur couvent. Dans cette rue commencèrent d’abord à construire 3 ou 4 Wallons. On n’entendait parler rien d’autre que le Wallon et c’est pourquoi les fous nommèrent cette rue, rue de l’Alleu, laquelle s’appelle encore ainsi aujourd’hui. » Ainsi elle avait le nom de rue de l’alleu, mais nous n’avons jamais trouvé ce nom hors de la chronique. A la Révolution, elle porte d’après les recherches de Jean-Pascal Vanhove le nom de rue de la Concorde ou de la Constitution, mais peu de temps. Elle prend le nom de rue des Capucins après la Révolution de 1789, nom largement encore aujourd’hui donnée par la population à cette rue même si elle prit le nom de Frédéric Moeneclaey en 1930. Aucun nom sur le plan cadastral de 1811, petite rue des Capucins sur celui de 1858.

Une carte postale d’avant la grande guerre nous montre un café à l’enseigne « café de la monnaie » il est vrai que la rue donnait face à la caisse d’épargne. Aujourd’hui cette rue est surtout le siège de nombreux garages privés, heureusement quelques belles maisons lui confèrent encore un cachet typiquement flamand.

Une association bien connue y a son siège social, La Sauce. Elle est créée en 1999, pour fédérer les artistes du territoire autour de manifestations culturelles locales. Comme elle le dit elle-même « forte de ses valeurs de respect, d’ouverture et de convivialité, La Sauce œuvre à développer la mise en place d’activités d’expression et de création pour l’épanouissement de l’individu. »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *